Parcourir le nawdm


y


yaayáːkabiyè yaa "ou, ou bien"rmais conj.Mà san yaa mà ba nyaan-wu.Je suis allé mais je ne l'ai pas vu.Syn.lee
yaadaawayaadabayâːdáːwá, yâːdábáyaada-h. ɦa/babeau-père n.m.Pères des conjoints.Ant.yaafɔgaGén.yaag̈ba Var.: yagdaawa, yagsa (Siou)
yaada (yaani_)yaani yaadbayàːní yáːdá, yàːní yáːdbáyaani yaad-h. ɦa/bajuge n.m.Personne qui règle les différends.Occ.yaagu
yaadryáːdŕh. d/–intérêt n.m.Somme qu'un débiteur verse à son créancier au moment du remboursement de sa dette.Ka ɦà kwɛɛm lig̈biir, ɦà kpaa gbaama na bá ŋmɛlg-wu n yaadr.S'il prête de l'argent, c'est sans demander qu'on le lui rende avec les intérêts.
yaafɔgayaafɔg̈bayâːfɔ̀ɡá, yâːfɔ̀ɡ̈báyaafɔg-h. ɦa/babelle-mère n.f.Mà fɔga nya ba na mà yaafɔgn.La mère de ma femme est ma belle-mère.Ant.yaadaawaGén.yaag̈ba Var.: yagfɔga (Siou)
yaag̈bayaag̈bmbayâːɣ̀bá, yâːɣ̀bm̀báyaag̈b-h. ɦa/baallié n.m., parent par alliance.Pour le mari, c'est toute la parenté paternelle de son épouse (hommes et femmes de n'importe quelle génération). Pour une femme, elle utilise ce terme pour désigner tous les parents mâles (ainsi que leurs épouses) des générations ascendantes à son époux, de la famille paternelle de ce dernier. Pour une femme, elle utilise aussi ce terme pour désigner les époux de toutes les femmes de la parenté paternelle de son époux.Spéc.yaadaawayaafɔgabeau-père n.m., belle-mère n.f., beaux-parents n.m.Père ou mère du conjoint.beau-frère n.m.Mari de la sœur (pour un homme ou une femme) frère de l'épouse, mari de la sœur de l'épouse (ce dernier est aussi appelé "co-allié").belle-sœur n.f.Sœur de l'épouse.gendre n.m.Époux, mari de la fille.Appar.yaag̈bnt
yaag̈bntyâːɡ̈bnt́yaag̈bn-h. –/talliance n.f.Lien existant entre un époux et les parents du conjoint, lien ou relation d'alliance qui unit deux ou plusieurs famillesAppar.yaag̈ba
yaagrbyàːɡrb́yaagr-ɦ.gwyaagra / yaag / yaag1faire face àĤà kada ka yaagr fidnoor.Il est assis en faisant face à la porte.2s'occuper deĤà yaagra n ɦà ŋmɛɛgt ka hɔŋaa ban bed-wu na ɦà ɦe bii.Il s'occupe de ses affaires tout en oubliant ce qu'on lui demande de faire.h. b/–1fait de faire face àBii ɦɛn yaagrb ba na gid kaawr volb.Faire face à quelque chose, c'est faire dos à autre chose.2occupation n.f.Man.yakk
†yaagrmyàːɣrḿyaagr-Siouɦ.gwyaagra / – / yaagr1battre v.tr. la campagne; parcourir v.tr.; sillonner v.tr.2faire v.tr. une battuespéc.h. m1parcours n.m.2battue n.f.spéc.Var.raagrm
yaaguyaaniyàːɡú, yàːníyaa-h. ku/ɦijugement n.m.Résultat de l'action de juger, décision de justiceBà san nidkuudwii yaagu.Il sont allés au jugement du criminel.
yaalayáːláyaalaɦ.gwyɔl / yala / yɔlmse marier v.pron.Contracter mariage, en parlant d'une femme.Ĥà yala weriita.Elle s'est mariée à un enseignant.Spéc.sidyaalaɦ.gwmarier v.tr.Unir en célébrant le mariageh. –/ɦamariage n.m.Fait de se marier, en parlant d'une femme.h. –/ɦamariage n.m.Action, fait de se marier.  Union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi.  La cérémonie du mariage.Ant.fɔglɔg̈bAppar.sidyaala
yaalaŋa (yaani_)yaani yaalaiyàːní yâːlàŋá, yàːní yâːlàíyaani yaalaŋ-h. ka/hitribunal n.m., prétoire n.m., palais n.m. de justice
◦yaala wadgayaala wadiiyàːlá wàdɡá, yàːlá wàdíːcertificat n.m. de mariageComp. dewadga lettre n.f.
yaamyàːḿyaa-ɦ.gw. B2yaa / yaa / yaajuger v.tr., trancher v.tr.Bà yaa yaagu huraa duun.Ils jugent une affaire à la cour royale.Bà yaa bawdwu n yaagu.On juge le voleur.h. mjugement n.m.Action de jugerTant gwɛɛt yaam kena n nidkuum.Le jugement de problèmes terriens entraîne la mort humaine.NPat.yaagu
yaamaarondyaamaaronayâːmàːrónd́, yâːmàːrónáyaamaaron-h. d/ɦapatate n.f. douceLe tubercule.BOTVar.: fararond (Siou)
yaamaarontyaamaaronguyâːmàːrónɡú, yâːmàːrónt́yaamaaron-h. ku/tpatate n.f. douceDésigne la plante entière.Ipomosea batatas,(L.) Lam. ; ConvalvulaceaeBOTProd.: yaamarond
yaambyàːmb́yaam-ɦ.gwyaama / yaam / yaams'étendre v.pron.Augmenter en largeur en parlant des végétaux à partir des branches.Tiib nn yaama lee, buɦuunu t ka ba b ̀ kwɛɛn.Quand l'arbre s'étend, il y a de l'ombre dessous.h. b/–extension n.f.Man.yamm
†yaangoyaantyáːŋɡʊ́, yáːnt́yaan-Siouh. ku/tmarécage n.m.; bas-fond n.m.vallée n.f.Var.yaaŋu
yaaŋkparmguyaaŋkparmtyàːŋk͡pármɡú, yàːŋk͡pármt́yaakparm-h. ku/tvallée n.f. desséchée
yaaŋuyaantyáːŋú, yáːnt́yaaŋ-h. ku/tmarécage n.m.; bas-fond n.m.vallée n.f.Ĥooti yaaŋu n Moono yaaŋu ba na Toogo yaaŋbermt.L'Oti et le Mono sont les grandes vallées du Togo.†yaangoSiou
yaarbyàːrb́yaar-ɦ.gwyaara / yaar / yaaragiter v.tr. les bras; gesticuler v.intr.h. b/–agitation n.f. des bras; gesticulation n.f.Man.†yar yarnuɦu 1
yaarguyàːrɡúh. ku/–très salé adj.Jit ba yaargu hɛngu.La sauce est très salée.
yaarmyâːrḿyaar-h. msel n.m.Substance blanche, friable, soluble dans l'eau, d'un goût piquant qui sert à l'assaisonnement et à la conservation des aliments.Bà lɔɔ yaarm jitn.Le sel est utile dans l'assaisonnement d'une sauce.
yaatuurayaatuurmba, yaataabayáːtúːrá, yáːtúːrmbá / yáːtáːbáyaatuur- / yaata-h. ɦa/baco-allié n.m.Var.: yag̈tuura (Siou)
yaawantyáːwánt́yaawan-h. –/tdot n.f.