Parcourir le nawdm


h


+haaǎːk.gwchez prép.Bà tomra-wu ɦá bermaa.On l'a commissionné chez son patron.Mà kpaɦ mà daan nˋ ni ɦiaa mà lɔg nadaar.Je ne viendrai pas chez l'un d'entre vous pour prendre un taureau.Postposition toujours collée au nom ou au pronom qui précède, dont elle reccourci éventuellement la voyelle.
haabhâːb́haa-ɦ.gw. A2haa / haara / haamGén.saarb11polir v.tr.; lisser v.tr.Ĥà haa daɦŋa.Il polit le foyer.2crépir v.tr.Bà mɛɦra dugu n haam-ku.On a construit la chambre et on l'a crépie.maçon.3râper v.tr.Ĥà haa kpeerɦi na ɦà ɦe gaari.Il râpe le manioc pour faire du gari.4raboter v.tr.Kafinta haa gbeŋgbela na ɦà ɦe jarga.Le menuisier rabote des planches pour faire une chaise.men.5aiguiser v.tr.; affûter v.tr.Ĥà haa kpasaaŋu.Il affûte le coupe-coupe.h. b/–1polissage n.m.Opération qui consiste à polir une surface.2crépissage n.m..Action de crépir3râpage n.m.Opération qui consiste à râper.4rabotage n.m.Action de raboter5affûtage n.m.; aiguisage n.m.Opération consistant à affûter (un outil), action, manière d'aiguiserNAct.haada
haadahaadbahâːdá, hâːdbáhaad-h. ɦa/balisseuse n.f., lisseur n.m., maçon n.m.Personne qui crépit des cases (elle peut être un maçon ou non). C'est le cas des femmes nawdba qui crépissent des cases en banco avec la poudre du gravier; personne qui lisse le soldam.Gén.sɔrtbaNInst.haadga
haadgahaadiihâːd̀ɡá, hâːdíːhaad-h. ka/hilissoir n.m.; polissoir n.m.Petite pierre utilisée par les femmes pour lisser le sol dans le damagedam.Syn.tanhaadgaNAct.haada
haadguhaadthâːd̀ɡú, hâːd̀t́haad-h. ku/trâpe n.f.Ustensile de cuisine qui sert à réduire en poudre ou en cristaux certains aliments.Ka bà bag na bà dam gaari, bá haam kpeerɦi haadgu ɦɛn.Pour faire du gari, on râpe le manioc sur une nâpe.rabot n.m.men.taloche n.f.Dabid mɔɦda haa disaku n haadgu.Le maçon crépit le bâtiment à l'aide d'une taloche.maçon.Basehaab
haadrbhàːdr̀b́haadr-ɦ.gw. D1haadra / haadr / haadrbalayer v.tr.Pousser, enlever avec un balai.Ĥà haadra duur.Elle balaie la cour.h. b/–balayage n.m.Action de balayerNInst.baaru
haagahaihàːɡá, hàíha-h. ka/hicour n.f. intérieure; patio n.m.T ̀ kada haaga ka ju diit.Nous dînons dans la cour intérieure.maison n.f.Mà keda haagaJe vais à la maison.village n.m.Volba ba kpam, nii kad hai.Certains sont dans les champs mais vous, vous êtes restés au village.Gén.haarTouthaar
◦haaga dɔmháːɡá dɔ́ḿanimal n.m. domestiqueHaaga dɔm : burgu, kɔrga, fɛɛgu ....Animaux domestiques: chèvre, poule, mouton ...Spéc.dɔmyuulmComp. dedɔm
haalguhaantháːĺɡú, háːnt́haal-h.b. ku/t1gluant, -ante adj.; filant, -ante adj.; visqueux, -euse adj.Ĥà foda haalgu jit.Elle a préparé une sauce gluante.2calme adj.; posé, -ée adj.; paisible adj.; serein, -eine adj.Bà nyaaga n bà kwɛɛwhaala.Ils se rejouissent d'un cœur paisible.D'une façon ni agitée, ni bruyante et qui résiste aux émotions.fig.h. gu/t1viscosité n.f.2sauce n.f. gluanteĤà foda haalgu.Elle a préparé une sauce gluante.g. ku/t1calmement adv.; séreinement adv.Ĥà gwɛɛl haalgu.Il a parlé calmement.2paroles n.f. paisiblesĤà gwɛɛl haant.Il a prononcé des paroles paisibles.3pour de bon loc.adv.¿ Daan haant ?Es-tu venu pour de bon ?Caus.halgrbMan.halmt
haambhâːmb́haam-ɦ.gw. A2haama / haamra / haam1malaxer v.tr.; pétrir v.tr.Bà haama hag̈b n daam l ̀ ka ba lamɛɛgu.Quand on pétrit la pâte dans la boisson, c'est agréable au goût.2troubler v.tr.; être troublé; bouleverser v.tr.; être bouleverséDiila kɔd haama jufot.Beaucoup de pensées troublent la tête.h. b/–1mélange n.m.; malaxage n.m.; pétrissage n.m.Figm hag̈b haamb ba hɔm na bà nyi.Le malaxage de la pâte de fonio est agréable à boire.2trouble n.m.; boulerversment n.m.Ĥà jugu haamb saa saɦ lee, ɦà ror sukur.C'est à cause de ses troubles mentaux qu'il a cessé les classes.Spéc.bulmbuum
*haantg. –/tVar.haalgu
haaŋuhaanthàːŋú, hàːnt́haaŋ-h. ku/tmangouste n.f.Petit mammifère (carnivore) qui saigne les volailles.Ichneumia albicauda, G. CuvierZOO
haarhayahàːŕ, háyáha-h. d/ɦamaison n.f.; concession n.f.Lieu d'habitation, comportant traditionnellement plusieurs bâtiments autour d'une cour intérieure.Taa maara mɔɦl haya.Notre père construit des maisons.Spéc.habermr Part.gɔtgafamille n.f.; maisonnée n.f.Ensemble des personnes vivant dans une maison.◦haar tiahàːŕ tìá, hàːŕ tíːbáh. ɦa/bachef n.m. de famille; propriétaire n.m. de maisonSpéc.haagaPart.disakudugugɔtgahaagaSpéc.habermrPartduguPart: waagu
haarmhàːrḿhaar-ɦ.gw. B2haaraa / haar / haaroser v.tr.Mà kpaa haaraa na mà bɔɦɔɔm tiit.Je n'ose plus rien dire.h. mfait d'oser
◦haar nyahaar nyambahàːŕ ɲá, hàːŕ ɲámbámère de familleComp. denya mère supérieure d'un couvent
◦haar ŋmɛndhaar ŋmɛnahàːŕ ŋ͡mɛ́nd́, hàːŕ ŋ͡mɛ́nátourterelle n.f. mailléePigeon au plumage violetStreptopelia (Stigmatopelia) senegalensis, Linn ; ColumbidaeComp. deŋmɛnd
†haarohaareháːrʊ́, háːrɪ́Siouh. ɦu/ɦibalaiVar.baaru
◦haar tiahaar tiibahàːŕ tìá, hàːŕ tíːbáh. ɦa/bachef n.m. de famille; propriétaire n.m. de maisonComp. dehaar famille n.f.; maisonnée n.f.
†haaruSioubalai n.m.Var.baaru
†haawlgmhàːwl̀ɡḿhaawl-Siou, Ténéga, Banaaɦ.gwhaawla / haawlg / haawl1salir v.tr.; se salir v.pron.concr.2obscurcir v.tr.; obnubiler v.tr.abstr.3casser v.tr.abstr.en parlant des oreillesh. m1salissure n.f.; fait n.m. de salir, de se salir2obscurcissement n.m.; obnubilation n.f.3bruit n.m.; cassement n.m. des oreillesVar.hawlgm
haawrhaawaháːwŕ, háːwáhaaw-h. d/ɦastèle n.f.Ouvrage de maçonnerie constitué d'un gneiss long fixé verticalement au sol et à côté du foyer et dont l'extrémité en forme d'entonnoir est construite en argile.Var.: sowr (BG); Var.: howdr (Ténéga)
Habermgahábérmɡáhaberm-h. ka/–Habermga n.m.Maison sacrée à Koka.
habermrhabermahàbèrmŕ, hàbèrmáhaberm-h. d/ɦagrande maison n.f., maison n.f. ancestrale, maison n.f. sacréegrande famille n.f., famille n.f. étendue, lignage n.m.Gén.haar Gén.haar
hablbhàblb́habl-ɦ.gwhabla / habl / hablmanger v.tr. difficilement un repas chaudDiit ba tulgu ɦá ka habla.La nourriture est chaude et il en mange avec difficulté.h. b/–Fait de manger difficilement un repas chaud.
Habrhábŕhab-kabiyè : habɩyɛ [hábɪ́yɛ́] "fête traditionnelle rituelle. Ce rite a lieu tous les cinq ans."h. d/–Habiyè n.m.Réjouissance organisée par les hommes. Elle se prépare à la veille par la consommation de "daragr" et se le lendemain par une danse au cours de laquelle les hommes se déguisent et démontrent leurs forces mystiques. Elle a lieu tous les cinq ans avec entre deux une danse similaire trois ans après et deux ans avant la suivante.